Demain, Ensemble ... Et si un conte inspirait l'Europe

Extraits

« Tous les matins, nous prenons le chemin,

Tous les matins, nous allons plus loin.

Jour après jour, la route nous appelle.... »

-----------------------------------

La perfection n’existant pas,

cessons de nous mettre la barre tellement haut

qu’elle est inatteignable.

Lâchons toutes ces exigences

qui ne correspondent pas à qui nous sommes,

et allons simplement vers le meilleur de nous-mêmes.

----------------------------

...Habituellement, l’enfant veut tout ce qui lui plaît. De par sa nature, il est dans le « principe de plaisir » et ne veut renoncer à rien de ce qu’il désire. Il recherche la satisfaction immédiate.

Il importe pourtant qu’il intègre ce que l’on appelle le « principe de réalité »,car dans la vraie vie, nous ne pouvons pas avoir tout ce que nous voulons. Il va découvrir qu’un renoncement n’a rien de dramatique. On ne meurt pas, parce qu’on renonce à quelque chose.

Etre dans le « principe de plaisir » est une caractéristique de l’enfant, mais aussi de la personne qui appuie ses décisions sur ses envies.

Le « principe de réalité » montre l’aptitude à faire aujourd’hui pour le contentement de demain : l’on est capable de différer la satisfaction...

----------------------------------

...Les bénéfices que l’on tire de l’effort accompli sont nombreux, dont celui du plaisir de la conquête et du dépassement de soi-même. Cela conduit vers plus de confiance en soi, d’autonomie, de liberté et stimule la créativité : imaginer un résultat maintenant, faire quelque chose maintenant pour avoir quelque chose plus tard donne sens à ce que l’on fait et à la vie...

------------------

...Tout ce qui n’est pas achevé dans nos vies est, par définition, en chantier.

Tout chantier est ouvert jusqu’à ce qu’il soit clôturé : cela va de soi pour chacun.

Tout chantier resté ouvert dans nos vies est énergétivore.

Dans la vie, chacun de nous fait les choix qu’il peut, et pas forcément ceux qu’il voudrait. Nos vies personnelles, professionnelles, matérielles, culturelles nous fixent un cadre. Selon notre âge et notre maturité, nous avons plus ou moins d’aptitudes à rester dans ce cadre ou à en sortir. Nous faisons souvent le meilleur choix possible, en fonction de nos souvenirs, de nos croyances et de notre situation du moment.

Je vais aborder un « inachevé » fréquent dans nos sociétés, non pour le pointer du doigt, mais pour une invitation à clôturer ces situations avec soin et tendresse...

------------------------------

...Une relation sans comptabilité. Oui, par amour pour l’autre, par amour pour la relation, ne comptons pas combien de fois nous faisons le premier pas, ne comptons pas combien de fois nous avons organisé la fête de l’anniversaire de notre rencontre...

Vivre une relation de couple implique toujours la présence de divergences entre les intérêts et les manières de voir la vie, de l’un par rapport à ceux de l’autre. Chaque relation demande que nous mettions de côté une partie de nos a priori pour nous ouvrir à ce que l’autre est, à ce qu’il pense et désire. Cela implique de « mettre de l’eau dans son vin ». Hélas, quelques fois, quand un conflit survient entre deux personnes, aucune d’elles ne veut plier pour ne pas donner « raison » à l'autre. Cette attitude, fondée sur l'orgueil, fait croître l'agressivité, génère la violence et assure l’empoisonnement progressif de la relation. Pour qu'une vraie relation existe, chacun doit savoir s’enrichir des différences de l’autre. L’enfant, qui a la chance d’observer des parents sachant faire des concessions, constate que les différences et les divergences peuvent ne pas être sources de détérioration de la relation. ..